Julie Navarro

Vit et travaille à Paris et en Creuse

Exposition à Ruynes-en-Margeride

Julie Navarro vit entre Paris et la Creuse et expose en France et à l’étranger. Elle développe, dans une démarche en rhizome, à travers ses peintures, sculptures, et performances un travail sur la perception du vivant, la puissance symbolique du paysage entre mouvements légers, flux, métamorphoses et mémoire dansée. Elle y recherche la matérialité de l’invisible et le coeur battant de la matière. Sa lecture et perception intime du monde passent souvent par le détour de l’altérité et les récits collaboratifs.

Ruynes-en Margeride

Un bourg sur le 45e parallèle

A mi-chemin entre le Pôle Nord et l’Equateur, le bourg de Ruynes-en-Margeride est situé sur la ligne imaginaire du 45e parallèle. C’est en 1962, à l’initiative du maire Maurice Monteil, que la commune de Ruines est rebaptisée Ruynes-en-Margeride. Son nom provient de runa en occitan, qui signifie le passage ou la transhumance. Quant à la Margeride, elle désigne le massif granitique à cheval sur le Cantal, la Haute-Loire et la Lozère. Du latin margarita, la perle, le nom de Margeride évoquerait la présence de moules perlières dans les ruisseaux du massif. Les paysages de Margeride alternent entre prairies, bois, landes et ruisseaux. Depuis longtemps, l’activité agricole est principalement tournée vers l’élevage ovin et bovin et la pratique de l’estive. Le relief accidenté, les sols granitiques et le climat froid et sec sont peu propices à la culture. Mais les terres margeridiennes ont offert d’autres richesses à ses habitants. La silice contenue dans le granit et l’abondance de bois ont favorisé le développement de l’activité verrière, dès le XVe siècle. A la fin du XIXe siècle, les paysannes, devenues souffleuses de verre, fabriquent des perles de verre, emblématiques de l’artisanat de la Margeride. Venez découvrir les richesses de ce territoire sur les trois sites de l’Ecomusée de Margeride !

Pour Chemin d’Art

Faire plus que passer – Paul Ardenne

La pratique artistique de Julie Navarro (France, 1972) est de nature contextuelle. Chaque projet que développe cette artiste en quête de relations « inaperçues » (Yves Michaud, philosophe) part d’une situation donnée à laquelle elle se trouve confrontée. Sa perspective est double : ouvrir un dialogue – avec un lieu géographique, une communauté, une forme de vie sociale -, poétiser une relation. Nul médium élu, l’expression, chez Julie Navarro, fait flèche de tout bois, entre peinture et dessin, broderie et sculpture, installation, performances ou organisation de moments collectifs conviviaux (cycle Extravadanses, depuis 2015). Comme l’exprime l’artiste à propos de sa propre démarche, « Des images et des formes surgissent au gré de mes investigations, par association d’idées. Procédant par déplacements, je détourne les sujets et objets du réel en narrations poétiques. J’y recherche la matérialité de l’invisible, la rencontre entre le caché et le manifesté, le cœur battant de la matière. »

Avec Halo, dans le cadre de la biennale de Saint-Flour 2021, l’artiste élabore cette fois l’ensemble de son intervention à partir d’une rencontre singulière – la grande porte cochère en métal, trouée de motifs décoratifs, d’un immeuble en restauration du centre-ville. Cet artefact a priori banal, par Julie Navarro, est ressaisi comme un objet-métaphore, prétexte par rebond mental à de multiples évocations : le filtrage de la lumière solaire – son « halo » -, qui dessine un paysage de points qui peut rappeler l’écriture en morse ; la figure de l’hygiaphone, cette barrière mise à la communication interhumaine – une sorte d' »allo ? », pour persévérer dans le jeu de mots ;  la limite et la frontière, la marelle dessinée sur le sol ou encore le grand tamis cosmique des étoiles au-dessus de nos têtes… Un paysage de possibles artistiques s’ouvre. Reste dès lors à le matérialiser, de manière trans-esthétique si possible, en y associant la population locale.

Outre à Saint-Flour, l’artiste a choisi de poser ses valises dans la ville voisine de Ruynes-en-Margeride, située non loin du viaduc de Garabit mais aussi sur la ligne imaginaire du 45° parallèle, à égale distance du pôle nord et de l’équateur. Ruynes-en-Margeride – jusqu’en 1962, Ruines, avant que son maire en change le nom – se prévaut d’un toponyme riche d’imaginaire. Celui de la ruine, sensible sur le plan social à travers la disparition de multiples activités héritées du passé – une activité perlière artisanale, notamment, dont l’artiste va recycler le souvenir en recourant à d’éventuels inserts de billes colorées dans ses interventions locales. Celui, aussi, de la transhumance – runa en langue occitane – ainsi que celui des runes, cette écriture vouée à la confidence et au sacré utilisée par les anciennes civilisations germaniques. À Ruynes-en-Margeride, où elle transplante le modèle plastique de la surface percée laissant passer lumière ou parole, Julie Navarro choisit de multiples extensions : notamment le marquage de type écriture morse ‘du ciel au sol’ de la ligne du 45éme parallèle par la plantation dans la ville de 242 mètres de Phacélies bleues mellifères favorisant les conversations du monde vivant, au delà du symbole.

Sans omettre cette mangeoire pour le gros bétail, au toit percé en forme de fort singulier œil de bœuf, que l’artiste ne s’interdit pas de promener jusqu’en ville. Objectif, dit Julie Navarro : « Regarder la ville et son paysage, à l’écoute des confidences et murmures, du sol à la verticale du ciel, entre apparitions et disparitions, métamorphoses, oublis et réparations. »

Paul Ardenne est écrivain et historien de l’art.