Marjolaine Turpin

Diplômée de l’École supérieure d’art de Clermont Métropole,
Vit et travaille à Clermont-Ferrand

Exposition à Talizat

Marjolaine Turpin poursuit son travail dans un temps long. L’artiste se déplace, observe la nature et transpose son expérience par le dessin, la photographie et la vidéo, des modes d’expression où le geste est primordial. Elle s’applique à prélever différents états précaires : un sol fendillé, la perforation d’un papier, l’accumulation de coquillages sur un bunker… Marjolaine Turpin raconte la vie d’un lieu, et laisse survenir les accidents de matière, les inscriptions ténues.

Talizat

La nourricière

Autrefois surnommée le « Grenier de la Planèze », l’histoire de Talizat est étroitement liée à l’activité agricole. Avec ses cultures de céréales, le village a longtemps fourni du grain pour le bétail à travers toute la France. Mais ce qui a fait sa renommée, c’est bien la lentille blonde de la Planèze. La culture de ce petit légume sec connaît son apogée au début du XXe siècle avant d’être abandonnée dans les années 1960. A la fin des années 1990, Talizat renoue avec la lentille qui est de nouveau cultivée sur les terres volcaniques de la Planèze. Dans les prairies comme dans le bourg, l’eau est partout à Talizat. Plusieurs fontaines-abreuvoirs y sont réparties. Dans ces longs bacs de pierre, les villageois viennent puiser l’eau et les animaux s’abreuver. L’eau est également à l’origine d’une biodiversité incroyable sur la commune, avec notamment, non loin du bourg, la narse de Pierrefitte, zone humide d’intérêt européen reconnue dans le périmètre de protection Natura 2000 de la Planèze de Saint-Flour. Elle est le refuge de nombreuses espèces animales et végétales.