Résidence

Résidence d’artistes de Saint-Flour Communauté 2018
Biennale d’art contemporain Chemin d’art et Pays d’art et d’histoire du Pays de Saint-Flour

Présentation de la résidence

La résidence d’artistes est soutenue par le Conseil départemental du Cantal, la Direction Régionale des Affaires Culturelles, le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, et Saint-Flour Communauté. Elle a pour objectif de permettre à un collectif d’artistes de se consacrer à un projet artistique et de développer des actions culturelles.
La résidence d’artistes entre dans la programmation de la biennale d’art contemporain Chemin d’art qui se déroule sur le territoire de Saint-Flour Communauté de juillet à septembre 2018.
La résidence est encadrée dans les aspects créations par la direction artistique de la biennale et dans les aspects action culturelle par le Pays d’art et d’histoire.
La résidence d’artistes se situe sur un territoire à haute qualité paysagère et patrimoniale dans le massif du Cantal. Le territoire est un ensemble de 53 communes essentiellement rurales qui comprend une ville centre, Saint-Flour. La résidence est à une heure de route de Clermont-Ferrand desservie par l’autoroute
A75.
Les locaux de travail et de logement sont situés sur la commune d’Alleuze. Il s’agit d’un ancien bâtiment agricole spécialement aménagé pour l’accueil d’activités artistiques. Il se compose d’un vaste atelier et d’un gîte rural attenant.

La résidence se déroule du 15 septembre au 3 novembre 2018 et au printemps 2019 (restitution).

Les résidants 2018

Rumeurs formelles.
Maxime Bersweiler, OPJ Cyganek, Julie Poulain.

Habituellement, c’est en prenant appui sur la rencontre avec la population locale et sur ce qu’elle nous raconte de son territoire, que nous concevons des formes qui interprètent et imaginent autrement ce lieu.
Du récit nait la forme en quelque sorte.
En résidence à Saint-Flour communauté, nous souhaitons prendre le contre-pied de cette démarche et concevoir des formes qui vont créer les rencontres, générer des histoires.
Cette occupation du territoire sera plastique, passant par l’image, le volume et le vivant, et invitera tout un chacun à se l’approprier. La construction de nos formes et surtout leur installation dans le paysage seront des évènements donnés à voir et convoquant le public à différents niveaux.
En produisant des oeuvres qui auront pour but d’être racontées, nous voulons faire valoir l’aspect complexe de ce territoire, constitué de tout un ensemble d’altérités.
Concrètement, l’idée est de produire une série de pièces in-situ autour d’un même motif, à partir de prises de vue photographique. Pour créer ces images, nous chercherons des points de vue en arpentant un maximum de parcours et de chemins. En intervenant directement dans le quotidien des villages, nous voulons traverser et investir, le paysage et les regards, pour y laisser des traces de notre passage.
Les oeuvres installées deviendront support au bavardage et au bouches-à-oreille, ayant vocation à être récupérées par les habitants de la communauté pour créer ensemble des rumeurs formelles.